Jeudi 23 janvier au lycée Marcelin Berthelot de Châtellerault (86), Laurence Aumon et Natacha Montoussé, professeures de français, et Thierry Doreau, professeur de Philosophie, nous attendons pour une intervention en Humanité, Littérature et Philosophie sur le thème de l’aventure, le voyage, la rencontre avec d’autres cultures.

La journée fut découpée en 4 temps forts.

Une semaine avant notre venue, un travail fut proposé aux élèves :

– A propos d’un voyage passé chez les Shiwiars (peuple indigène équatorien qui vit à 1H d’avion du front de colonisation le plus proche), avec un jeune de leur âge, Elven avait alors 17 ans. Sur leur temps libre les jeunes devaient lire le poster sur les Shiwiars présenté dans le couloir du lycée (avec prise de notes).

–  A propos du voyage en préparation. Sur leur temps libre les jeunes devaient lire deux pages de la brochure : “La Part du colibri” et “Parcourir l’Amérique latine sur deux ans”.

Suite à ce travail de prises d’informations, ils devaient prévoir une question précise à nous poser à partir du questionnement : ” Pourquoi Partir ?” / “Aujourd’hui, l’Aventure a-t-elle encore du sens ?” …

La séance se déroula ainsi :

  • Chacun se présente rapidement avec son parcours
  • Travail sur la rencontre avec les Schiwiars (un voyage passé) :
    • Retour rapide sur la rencontre avec ce peuple
    • Réponses aux questions des élèves
  • Travail sur le projet à venir en Amérique latine (un voyage à venir) :
  • Retour en classe et questionnement sur « Pourquoi voyager ? L’aventure a-t-elle encore un sens aujourd’hui »
    • Lecture de la petite vidéo de 7 minutes sur la zone de confort, les difficultés et les avantages à en sortir
    • Retour sur les motivations de chacun à partir vers l’inconnu

Gontran commença par expliquer son voyage initiatique à 17 ans en Italie, ses voyages avec ses amis en Irlande compatibles avec ses études (Norvège, Thailande, Vietnam), son gout pour l’image.

Elven rappela son goût pour la forêt tropicale né d’un premier séjour en famille au Costa-Rica, la découverte de l’herpétofaune et la macrophotographie en Equateur et ses sorties « hors zone de confort » lors de ses 3 ans passés en Guyane.

Tous les deux ont insisté sur la découverte, l’enrichissement personnel mais aussi sur la responsabilisation rapide et le développement de l’autonomie qu’offraient ce type d’expériences.

En ce qui me concerne …

A priori c’est contre nature puisque partir c’est sortir de sa zone de confort et prendre des risques pour l’individu et donc l’espère d’où nos peurs, voire nos phobies. Mais pour moi, en contrôlant les risques tout de même, même si tout n’est pas évaluable, tout ne peut pas être anticipé, ce qui est plus fort que les craintes et peurs, partir, voyager, partir vers l’inconnu, c’est prendre plaisir.

L’unique but est de prendre plaisir !!! Un plaisir qui revêt plusieurs formes …

Dans un premier temps prendre plaisir dans la surprise, la nouveauté… Savoir que je vais cumuler de nouvelles connaissances, m’enrichir, connaître de nouvelles sensations, de nouvelles émotions, me créer de nouveaux souvenirs (« s’acheter des souvenirs plutôt que des objets », miser sur l’immatériel plutôt que le matériel).

Dans les voyages, hors de ma zone de confort donc, je suis certain d’être surpris, en tant que biologiste, … par l’inventivité du vivant, son ingéniosité fruit d’un travail de la sélection naturelle qui a opéré depuis des milliers d’années d’évolution et opère encore … la diversité du vivant est sans borne, c’est fascinant. Je suis sûr d’être surpris dans la découverte d’un nouveau monde, de nouveaux paysages, de nouvelles espèces.

Je suis sûr d’être surpris également dans la confrontation à nouvelle culture avec son histoire, ses coutumes, sa gastronomie, sa langue, je vais certainement faire de nouvelles rencontres, échanger, partager

Sortir de sa zone de confort c’est également avoir le gout du dépassement de soi, chercher ses propres limites, mieux se connaitre.

Dans un deuxième temps, indissociable du premier, prendre plaisir à partager, à l’aide de photo, vidéo, illustration dans un cours, anecdotes, à mieux faire connaître afin de conserver

L’aventure, s’aventurer c’est par définition sortir de sa zone de confort, cela n’a pas besoin d’être extraordinaire, c’est une démarche avant tout personnelle qui consiste tout simplement à se dépasser, voir ses limites, mieux se connaitre, se découvrir, c’est un moyen d’introspection. Cette aventure existe depuis la nuit des temps, depuis que nous cherchons à nous connaître et est concomitante à tout déplacement hors de ce que l’on connait. L’aventure existe toujours et a donc toujours un sens aujourd’hui. Ce qui donne un sens plus « grand » à l’aventure c’est la distance avec notre zone de confort. Plus on en s’éloigne et plus on considère que l’on plonge dans l’aventure. Entrer dans la forêt tropicale est une aventure pour nous en général, mais pour un indien Schiwiar venir dans une ville est un plongeon dans la jungle, urbaine celle-ci, tout est donc relatif. Bien sûr pour tous aller dans les profondeurs des océans ou l’espace, où l’homme n’est pas présent, sera une aventure.

 


Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *